Alphonse Allais

Da Wikipedia, l'enciclopedia libera.
Alphonse Allais

Alphonse Allais (Honfleur, 20 ottobre 1854Parigi, 28 ottobre 1905) è stato uno scrittore e umorista francese.

Estratti[modifica | modifica wikitesto]

Dopo essere stato biologo e farmacista, Alphonse Allais divenne giornalista e umorista. Compose numerose novelle fantasiose, monologhi, scherzi. Poeta oltre che umorista, coltivò tra l'altro la poesia olorima, cioè costituita da versi interamente omofoni, nei quali la rima è costituita dalla totalità del verso. Esempi:

« Par les bois du djinn où s'entasse de l'effroi,
Parle et bois du gin ou cent tasses de lait froid. »
« Alphonse Allais de l'âme erre et se f... à l'eau.
Ah! l'fond salé de la mer! Hé! Ce fou! Hallo. »

Seppe prendere in giro sé stesso nel verso seguente:

« Ah! Vois au pont du Loing: de là vogue en mer Dante.
Hâve oiseau pondu loin de la vogue ennuyeuse »

seguita dal seguente commento in calce alla pagina: La rima non è molto ricca, ma preferisco questa che cadere nella trivialità.

La sua arte di allungare il brodo dei suoi scritti era proverbiale. Tuttavia, è vero che anche questo lo faceva con spirito.

Morì per un'embolia polmonare. Di lui ci resta l'immagine di un uomo dallo humour acido e di uno specialista della teoria dell'assurdo.

L'universo di Alphonse Allais[modifica | modifica wikitesto]

Alcuni personaggi ritornano in maniera ricorrente nel mondo di Alphonse Allais:

  • Captain Cap (vero nome: Albert Capeyron), personaggio dal parlar schietto («La burocrazia è come i microbi: non si discute con i microbi. Li si uccide!»), la cui apparizione è il pretesto per fornire ricette di cocktail.
  • Francisque Sarcey, critico letterario della famiglia dell'autore, spesso citato nei contesti più strambi (la «vittima» non se ne offendeva, anzi era lusingato di essere citato da uno scrittore così spiritoso. Giacché un altro autore gli copiò questo procedimento, egli ci tenne a precisare: Due persone soltanto hanno il diritto, a Parigi, di firmare Francisque Sarcey: prima di tutto io, e poi Francisque Sarcey).
  • L'economista Paul Leroy-Baulieu, adepto del protezionismo, del quale Alphonse Allais ridicolizzò le tesi in varie novelle dando l'impressione di lodarle.
  • Non si privò neanche di mettere in scena François Coppée, Loïe Fuller, Liane de Pougy, Cléo de Mérode, Paul Déroulède e altre glorie della Belle époque.

Nel luglio 2005 il Primo ministro francese Dominique de Villepin utilizzò durante una conferenza stampa l'espressione «patriottismo economico». Si può attribuire la paternità di questa espressione ad Alphonse Allais, che la impiegò in una novella pubblicata in «Deux et deux font cinq». Patriottismo economico. Lettera a Paul Déroulède. Beninteso, egli prende in giro allegramente le tesi del patriottardo.

Citazioni[modifica | modifica wikitesto]

  • « Il y a des femmes qui sont comme le bâton enduit de confiture de rose dont parle le poète persan: on ne sait par quel bout les prendre. »
  • « Ventre affamé n'a pas d'oreilles, mais il a un sacré nez. »
  • « Les plus belles stratégies s'écrivent au passé. »
  • « Une fois qu'on a passé les bornes, il n'y a plus de limite. » (attribuito anche a Christophe)
  • « C'est quand on serre une dame de trop près...qu'elle trouve qu'on va trop loin. »
  • « La femme est le chef d'œuvre de Dieu, surtout lorsqu'elle a le diable au corps. »
  • « C'est parce que la fortune vient en dormant qu'elle arrive si lentement. »
  • « Un homme qui sait se rendre heureux avec une simple illusion est infiniment plus malin que celui qui se désespère avec la réalité. »
  • « Les jambes permettent aux hommes de marcher et aux femmes de faire leur chemin. »
  • « La logique mène à tout à condition d'en sortir. »
  • « La mer est salée parce qu'il y a des morues dedans. Et si elle ne déborde pas, c'est parce que la providence, dans sa sagesse, y a placé aussi des éponges. ».
  • « La mort est un manque de savoir-vivre. »
  • « Partir, c'est mourir un peu, mais mourir, c'est partir pour de bon. »
  • « Il ne faut jamais faire de projets, surtout en ce qui concerne l'avenir. »
  • « Les gens qui ne rient jamais ne sont pas des gens sérieux. »
  • « Ne nous prenons pas au sérieux, il n'y aura aucun survivant. »
  • « Quand on ne travaillera plus les lendemains des jours de repos, la fatigue sera vaincue. »
  • « Ne remets pas à demain, ce que tu peux faire après-demain. »
  • « Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Être “de quelque chose” ça pose un homme, comme être “de garenne” ça pose un lapin. »
  • « Il y a des moments où l'absence d'ogres se fait cruellement sentir. »
  • « Les familles, l'été venu, se dirigent vers la mer en y emmenant leurs enfants. Dans l'espoir, souvent déçu, de noyer les plus laids. »
  • « Il faut prendre l'argent là où il se trouve, c'est-à-dire chez les pauvres. Bon, d'accord, ils n'ont pas beaucoup d'argent, mais il y a beaucoup de pauvres. »
  • « L'argent, tout compte fait, aide à supporter la pauvreté. »
  • « L'avantage des médecins, c'est que lorsqu'ils commettent une erreur, ils l'enterrent tout de suite. »
  • « La bureaucratie c'est comme les microbes, on ne parlemente pas avec les microbes. On les tue ! »
  • « Dans la vie, il ne faut compter que sur soi-même, et encore, pas beaucoup. »
  • « Il faut demander plus à l'impôt et moins aux contribuables. »
  • « Faut-il que les hommes soient bêtes de fabriquer des machines pour se tuer... comme si on ne claquait pas assez vite tout seul ! »
  • « La grande trouvaille de l'armée, c'est qu'elle est la seule à avoir compris que la compétence ne se lit pas sur le visage. Elle a donc inventé les grades. »
  • « Le comble de l'économie: Coucher sur la paille qu'on voit dans l'œil de son voisin et se chauffer avec la poutre qu'on a dans le sien. »
  • « Le comble en géographie: Croire que les suicidés sont les habitants de la Suisse. »
  • « Vous n'y allez pas par quatre chemins, vous ! ... Jamais ! Un seul, c'est plus court. »
  • " Des mots, des maux, encore des mots, toujours des maux. "
  • « J'ai poursuivi mes études sans jamais les rattraper... »
  • « Impossible de vous dire mon âge: il change tout le temps. »
  • "En voilà des sales types, les gens !"

Opere principali[modifica | modifica wikitesto]

Alphonse Allais: «Gran Ecrivan»

Chiamò una sua opera Le parapluie de l'escouade per due ragioni: non c'era traccia di ombrelli (parapluie) in alcun caso, e la questione del drappello (escouade), unità di combattimento tanto importante, non era evocata in alcun momento (Boris Vian tenne a mente la lezione per il suo titolo L'automne à Pékin). Poiché alcuni lettori scorbutici protestarono, egli intitolò il suo volume seguente Pour cause de fin de bail giustificando l'opportunità del titolo con il fatto che il suo locatore (bailleur) gli notificava lo sfratto alla fine del mese.

Aneddoti[modifica | modifica wikitesto]

  • L'association des authentiques amis d'Alphonse Allais (AAAAA) è un'organizzazione che raggruppa persone amanti dello humour di Alphonse Allais. La sua sede è al Petit Musée d'Alphonse, a Honfleur.

Altri progetti[modifica | modifica wikitesto]

Collegamenti esterni[modifica | modifica wikitesto]

Controllo di autorità VIAF: 89053456 LCCN: n80131664