Università Cattolica di Mechelen

Da Wikipedia, l'enciclopedia libera.
(Reindirizzamento da Università Cattolica di Malines)
Pietro de Ram, il primo rettore dell'Università Cattolica di Malines nell'anno 1834.

L'Università Cattolica di Mechelen[1], in latino Universitas catholica Belgii[2], detta solitamente Università Cattolica di Malines[3], è un'università fondata a Mechelen in Belgio l'8 novembre 1834 dai vescovi del Belgio «per accogliere tutta la dottrina emanante dalla Santa Sede apostolica e per ripudiare tutto ciò che non sgorghi da quest'augusta sorgente».[4]. Questa nuova università aveva un orientamento ultramontano[5].

Il primo "rector magnificus" fu il sacerdote Pietro De Ram.

Questa università non ebbe lunga vita, giacché nell'anno 1835 fu soppressa e si trasferì a Lovanio il 1º dicembre 1835, prendendo da allora il nome di Università Cattolica di Lovanio.

La fondazione di questa nuova università cattolica a Lovanio suscitò molte opposizioni nel Belgio liberale[6].

I gravi disordini del 1834[modifica | modifica sorgente]

L'annuncio della fondazione dell'Università Cattolica di Mechelen da parte dei vescovi provocò gravi disordini nelle città di Gand, Liegi e Lovanio, perché la popolazione temeva che l'insegnamento di stato cessasse in Belgio.

Come reazione alla fondazione dell'Università Cattolica di Mechelen, sotto l'impulso dei vescovi del Belgio, il giurista Pierre-Théodore Verhaegen, venerabile maestro della loggia massonica belga "Les Amis philanthropes", lanciò un appello per una sottoscrizione negli ambienti liberali e nelle logge del Grande Oriente del Belgio, per fondare un'università "libera" che avrebbe combattuto "l'intolleranza e i pregiudizi": questa università sarà l'Université Libre de Bruxelles.

Note[modifica | modifica sorgente]

  1. ^ Pierre De Ram, Universitas Catholica Belgii, 1834. Document VIII, "Statuts de l'Université catholique de Belgique". Voir aussi: "L'Ami de la religion", volume 81, 1834, p. 329: "connu par plusieurs écrits et entr'autres par un discours dont nous avons parlé sur l'affaire de l'école libre à la chambre des pairs; M. de Coux, qui vient d'être nommé à une chaire dans l'Université catholique de Belgique ".
  2. ^ Medaglia commemorativa con questa legenda: UNIVERSITAS CATHOLICA BELGII Mechliniae inaugurata": Catalogue des monnaies et médailles formant le cabinet de feu M. J.B. De Jonghe, Bruxelles, Heussie, 1860, p. 172 n° 3289. Ainsi que: Pierre De Ram, "Universitas Catholica Belgii, Oratio quam die IV mensis novembris anni MDCCCXXXIV, in aede metropolitana Mechliniensi habuit Petrus-Franc.-Xav. De Ram,....... quum illustrissimus ac reverendissimus Dominus Engelbertus, archiepiscopus Mechliniensis primas Belgii oblato solemni ritu missae sacrificiio Universitatem Catholicam inauguraret", Lovanii, 16. nov. 1834.
  3. ^ L'Université catholique recueil religieux, Paris, 1836, p. 63: "M. De Cazalès, professeur à l'Université Catholique de Malines". Voir aussi: Andrée Despy-Meyer, "Institutions et réseaux" dans: Histoire des sciences en Belgique 1815-2000, Bruxelles, éd. Dexia, 2001, p. 72: "L'université catholique de Malines, pour sa part, est née d'une volonté des évêques de rétablir l'école d'enseignement supérieur qui existait à Louvain avant que le Directoire ne la supprime" e ibidem, Hendrik Deelstra, "La chimie dans les universités et les écoles supérieures", p. 165: "Lorsque l'Université catholique fut transférée de Malines à Louvain" e p. 169: "Fondée en 1834 sous le nom d'Université libre de Belgique, l'Université de Bruxelles changea de nom en 1842 pour devenir Université libre de Bruxelles. La jeune université, créée en toute hâte dans le but de s'opposer à la nouvelle Université catholique de Malines dut commencer avec beaucoup d'improvisation".
  4. ^ «Pour accueillir toute doctrine émanant du Saint-Siège apostolique et pour faire répudier tout ce qui ne découlait pas de cette source auguste». Cfr. William Bourton, "1834. Soustraire la science à la foi", dans Le Soir, jeudi 19 novembre 2009, p. 19.
  5. ^ Jean-Jacques Hoebanx, "La fondation de l'Université libre de Belgique", dans Pierre-Théodore Verhaegen. L'homme, sa vie, sa légende. Bicentenaire d'une naissance, Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 1996.
  6. ^ Maurice Voituron, Le parti libéral joué par le parti catholique dans la question de l'enseignement supérieur, Bruxelles, 1850: et alors aurait paru plus évidente encore aux yeux du pays l'intention du parti catholique de tuer l'enseignement de l'État, afin de ne laisser debout que l'Université catholique de Malines, qui allait prendre le titre d'Université de Louvain, pour y usurper la renommée de l'ancienne, ainsi que ses fondations de bourses. Cependant, malgré lui, le parti catholique laissa échapper cet espoir par la bouche de son rapporteur M. Dechamps, lorsqu'il disait : "la confiance entourera de telle façon les établissements privés que les Universités de l'État,par exemple, deviendront à peu près désertes".

Voci correlate[modifica | modifica sorgente]